• Biodiversité le long de la Voie bleue - au coeur de l'été

    Côté ardéchois entre Guilherand et Soyons, poursuite  de ma recherche de la biodiversité au fil des saisons. L'été est bien installé, les fleurs de saison aussi, mais la chaleur et la sécheresse ont fait des dégâts,

     

    Biodiversité le long de la voie bleue - au coeur de l'été

    ici, en contrebas de la digue, j'ai photographié des saponaires et une grande chicorée bleue, mais on voit bien qu'autour c'est plutôt sec.

    Biodiversité le long de la voie bleue - au coeur de l'été

    détail des fleurs

    Biodiversité le long de la voie bleue - au coeur de l'été

    ici des tanaisies, que l'on retrouve chaque année à cet endroit, mais aussi des onagres, que je n'avais encore jamais vus ici, et que j'ai retrouvés dans plusieurs endroits. 

     

    Biodiversité le long de la voie bleue - au coeur de l'été

    Biodiversité le long de la voie bleue - au coeur de l'été

    La molène, ou bouillon blanc est présente chaque été, le solidago, moins.

    Biodiversité le long de la voie bleue - au coeur de l'été

    Biodiversité le long de la voie bleue - au coeur de l'été

    la salicaire est présente partout, c'est même elle que l'on remarque le plus, mais l'eupatoire chanvrine est elle, moins courante ici, et je l'ai vue, aussi, en plusieurs endroits.

    Ainsi si certaines plantes sont courantes en été en cet endroit, j'en ai remarqué d'autres, comme l'eupatoire, le solidago , pour la première fois. Peut-être suis-je passée à côté sans les remarquer (?). Quant au  lysimaque, que j'ai présenté ICI ou à la menthe aquatique,

    Biodiversité le long de la voie bleue - au coeur de l'été

    je les avais déjà vus dans la lône de Guilherand, mais pas aussi fréquemment le long des berges du Rhône. 

    Ah oui, j'ai vu aussi des insectes, ici en groupe sur un chardon, ou plutôt un cirse,

    Biodiversité le long de la voie bleue - au coeur de l'été

    Qu'avait-il de meilleur que les autres ?

    et une "demoiselle", une libellule bleue qui s'amusait à affoler une grenouille dans une petite mare, mais je n'ai pas pu la photographier lorsqu'elle sautait pour essayer d'attraper l'insecte,

     

    Biodiversité le long de la voie bleue - au coeur de l'été

    heureusement pour moi, elle a bien voulu se poser.

    Bien sûr j'ai croisé d'autres plantes, j'ai présenté surtout les plantes qui fleurissent en été, et celles qui sont moins communes. 

    Ah oui, j'allais oublier, j'ai vu aussi plusieurs pruniers sauvages,

    Biodiversité le long de la voie bleue - au coeur de l'été

     ici dans les ronciers

    Enfin, j'ajoute une inconnue identifiée sur Facebook, grâce au groupe "Plantes sauvages comestibles et médicinales"

    Biodiversité le long de la voie bleue - au coeur de l'été

    et qui s'avère être une Fabacée - l'astragale pois chiche - il s'agit ici des graines

    Pour les gros plans, j'ai choisi entre macro et zoom, selon l'emplacement du sujet. Mais le vent a un peu compliqué les choses pour la macro...

    « Il s'agit de la consoude Là où le Mialan rejoint le Rhône au coeur de l'été »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 30 Juillet 2019 à 21:57

    Quelle biodiversité.......... Très très intéressant ton article, j'ai découvert plein de fleurs nouvelles !!!

    As-tu ramassé des prunes sauvages ???

    L'astragale pois chiche, jamais vu, jamais entendu parler, merci pour le partage !!!

      • Mercredi 31 Juillet 2019 à 09:26

        J'y retourne aujourd'hui, pour l'astragale. J'ai goûté une prune hier, vers le Mialan, elles étaient plus accessibles, et un peu acide.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :